Campagne de mesures à Marguerittes – Octobre 2015

Du 12 au 16 octobre 2015, des agents Irstea étaient présents sur le site de la ZRV Marguerittes afin de réaliser une nouvelle campagne de mesures. Tout a commencé sous une pluie battante qui a décalé le planning prévu mais le retour du soleil a heureusement permis de maintenir l’ensemble du programme.

Analyse des eaux de surface

Deux bilans 24 heures consécutifs ont été lancés les 13 et 14 octobre au droit des 6 points de suivi pour les paramètres majeurs. Cinq d’entre eux ont également fait l’objet de prélèvements destinés à analyser les métaux nécessitant l’emploi d’un matériel adapté. Comme pour la campagne de Mars 2015, l’étude de la répartition des débits journaliers a permis d’appliquer une fréquence de prélèvement la plus représentative possible.

Dispositif de prélèvement en sortie de ZRV – Photo Irstea

Végétaux

Une part importante de la campagne était consacrée aux végétaux conjointement avec Irstea Bordeaux. Une identification des végétaux présents a donc été effectuée ainsi que de nombreux prélèvements. Ces derniers ont été réalisés à l’aide de quadrats sur les phragmites, typha et cératophylle. Après traitement des échantillons (séparation tiges-feuilles, séchage et broyage), des analyses sur les paramètres majeurs et les métaux seront menées.

Prélèvement de cératophylle avec quadrat – Photo Irstea

Prélèvement de phragmites dans la roselière – Photo Irtsea

Bactériologie

L’équipe d’Irstea Rennes a quant à elle réalisé de nombreux prélèvements dans les eaux de surface, végétaux et sédiments sur l’ensemble de la ZRV ainsi qu’au niveau du rejet dans le Canabou. Ces analyses complètent ainsi la campagne de mars et les échantillons ponctuels réalisés tout au long de l’année afin d’étudier ce qu’il advient des bactéries dans la ZRV.

Prélèvement d’eaux de surface – Photo Irstea

Prélèvement de sédiments – Photo Irstea

Bathymétrie et cartographie

Le premier bassin est susceptible de recevoir les éventuels départs de boues accidentels de la station d’épuration. Il est donc essentiel de suivre les hauteurs de boue dans les bassins. Pour cela, une bathymétrie associée à des prélèvements a été menée à l’aide d’un bateau et d’un instrument permettant le carottage des boues.

En parallèle, l’utilisation d’un tachéomètre a permis de réaliser une cartographie du premier bassin afin de voir l’évolution du recouvrement des végétaux sur le site et de repérer les points de bathymétrie.

Mise en place du tachéomètre pour la cartographie – Photo Irstea

Dispositif de carottage pour la bathymétrie et le prélèvement de sédiments – Photo Irstea

Traçage hydraulique

La campagne s’est terminée par le lancement d’un traçage hydraulique. La fluorescéine a été injectée dans le canal de sortie de la station d’épuration et des fluorimètres étaient disposés en sortie du premier bassin et en sortie de ZRV. Dans cette configuration, la détection du traceur permettra ainsi de connaître le temps de séjour dans le premier bassin ainsi que dans l’ensemble de la ZRV.

Exemple de traçage hydraulique réalisé sur la ZRV – Photo Irstea

 

Laisser un commentaire